NOTE - Sauver Schengen

Dans cette note inédite, l'OID aborde la nécessité urgente d'une réforme de l'espace Schengen.

L'ambition originelle de Schengen continue d'apparaître positive en son principe : organiser, sur la base de traités ratifiés par un ensemble de pays, la libre circulation de leurs citoyens au sein de cette zone. Or l'état actuel du droit européen va beaucoup plus loin, en interdisant « tout contrôle des personnes, quelle que soit leur nationalité, lorsqu'elles franchissent les frontières intérieures ».

Ces règles en vigueur sont évidemment une aubaine pour l'immigration illégale : les étrangers extra-européens en situation irrégulière peuvent se déplacer sans entrave spécifique dans un espace de 4,3 millions de km2, qui s'étend de la Sicile à la mer Arctique et des Îles Canaries à la Pologne. Elles rendent aussi illusoire toute tentative de maîtrise des flux « légaux ».

Au-delà d'une utilisation maximisée des possibilités offertes par le droit en vigueur, il importe de « sauver Schengen » en revenant à ses principes fondateurs par une série de mesures structurantes :

✅ Réserver le bénéfice de la libre circulation aux seuls citoyens européens.

🛂 Rétablir de manière permanente la possibilité de contrôles ciblés aux frontières intérieures.

🛬 Mettre un terme aux visas Schengen de court-séjour (90 jours maximum) au profit de visas territorialement limités par État.